1.1

Informer et sensibiliser
les citoyens

Proposer des services adaptés aux besoins de ses utilisateurs citoyens, pouvoirs publics, secteur aéronautique, entreprises – est l’une des raisons d’être de Météo-France. Il s'agit de permettre à chacun de se protéger et d’anticiper les phénomènes météorologiques et climatiques et leurs impacts. Cela nécessite de la part de l'établisement un esprit d’écoute, d’ouverture, de réactivité et d’innovation.

Dans cette logique, Météo-France oriente le développement de ses services et de ses investissements de façon à maximiser les bénéfices socioéconomiques que la collectivité peut en retirer.

Le développement du numérique, des nouvelles technologies d’acquisition de données, de stockage et de diffusion de l'information permettent aujourd'hui d’augmenter significativement la gamme des services à forte valeur ajoutée que Météo-France est en mesure de proposer et de mieux prendre en compte la situation particulière et les enjeux de chacun.

La sphère digitale pleinement investie

Une offre mobile variée

L'application Météo ski | Montre connectée
L'application Météo ski | Montre connectée

Météo-France s’attache à multiplier les espaces de dialogue avec ses publics. À ce titre, l’établissement a pleinement investi la sphère digitale, que ce soit pour la diffusion des connaissances, de ses prévisions ou de l’information vers les populations en cas de phénomènes météorologiques dangereux. Il s’agit de s’adapter aux nouveaux usages, au premier rang desquels la mobilité.

L’établissement propose différents services d’accès à ses prévisions. Outre son site Internet, Météo-France a développé une offre mobile variée. En 2016, une application gratuite destinée aux pratiquants de la montagne a été lancée. Disponible sur iOS et Android, elle couvre les stations en France et en Andorre. Cette application donne accès en temps réel à plusieurs informations durant la saison hivernale : niveau de risque d'avalanches sur le massif concerné et dernier bulletin de prévision du risque d'avalanches, hauteurs de neige sur piste en haut et en bas des stations et état de la neige, prévisions météorologiques sur la station, état d'ouverture des pistes…

Depuis cette année, l’application généraliste dédiée aux prévisions météorologiques est désormais consultable sur les montres Android et iOS. L'utilisateur peut désormais accéder rapidement sur sa montre aux informations qui concernent ses quatre villes favorites.

Plus de 586,5 millions de visites sur le portail Internet.
507 millions de visites sur les applications et site mobiles (dont 84 millions pour les widget).

Avertir en cas de risque

avertir en cas de risque

Le canal digital constitue également un axe de développement prioritaire pour l’information des populations en cas de risques météorologiques. Depuis le 18 août, Météo-France diffuse ainsi, sur son application mobile, des notifications de risque d’inondation à l’échelle de la commune. Ces informations sont complémentaires des notifications de vigilance d’échelle départementale qui anticipent l’événement jusqu’à 24 heures à l’avance. Elles tiennent compte de l’intensité du phénomène observé et de la vulnérabilité de la commune, et sont accompagnées de conseils de comportement. Les 36 000 communes de France sont couvertes par ce service. Météo-France a souhaité mettre en place cette évolution suite à l’épisode de pluies intenses du 3 octobre 2015 dans les Alpes-Maritimes. Celui-ci avait en effet mis en évidence un besoin d’information supplémentaire en temps réel des citoyens sur le risque inondation, notamment en cas de phénomène soudain et intense.

Une autre innovation pour l’information de sécurité est disponible sur l’application mobile Météo-France : la diffusion automatique vers les mobinautes utilisateurs de l’application d’un message en cas de vigilance rouge dans le département qui les concerne.

En parallèle, l’établissement mène une politique active sur les réseaux sociaux. Son compte Twitter a franchi, fin 2016, la barre des 50 000 abonnés, le positionnant en France parmi les premiers comptes dédiés à la météorologie et au climat. L’établissement a par ailleurs fait le choix d’investir trois autres réseaux pour renforcer encore le dialogue avec ses publics : Facebook, Instagram et Snapchat.

#HackRisques
Le ministère de l'Environnement a organisé à Paris, en novembre 2016, un hackathon visant à valoriser les données ouvertes par le ministère et ses partenaires (dont Météo-France) pour développer des dispositifs de prévention et de gestion des risques naturels. Près d’une centaine de participants – développeurs, géomaticiens, data scientists, spécialistes business, étudiants, etc. – ont imaginé de nouveaux services de prévention. L’équipe gagnante était en partie composée d’agents de Météo-France !
Plus de 50 000 abonnés sur Twitter fin 2016

Mettre la connaissance à la portée de tous et développer la culture du risque

Rencontrer nos publics

Rencontrer nos publics

Météo-France a pour ambition de mettre disposition de tous les connaissances issues de ses travaux de recherche sur le changement climatique et les phénomènes météorologiques. Acteur de la prévention des risques, l’établissement participe également à des actions de sensibilisation sur les phénomènes extrêmes.

Cette démarche s’appuie notamment sur des rencontres avec différents publics. 2016 a ainsi été marquée par de nombreuses interventions, conférences et événements à Paris et en région : Forum de la météo et du climat, Fêtes maritimes de Brest, Nuit des chercheurs, Fête de la science, Journée de prévention des risques majeurs dans les Alpes-Maritimes, Forum sur les risques majeurs à Toulouse, etc., pour citer quelques exemples.

Des partenariats nombreux

« L'École météo » à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine)
« L'École météo » à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), le 12 mai 2016 © Météo-France / Françoise Torterotot

Cette volonté de sensibilisation repose également sur des partenariats. En février, la Direction interrégionale pour l'océan Indien (DIROI) de Météo-France a ainsi signé avec la Plate-forme d’intervention régionale de l’océan Indien de la Croix-Rouge un partenariat autour de la sensibilisation des populations vulnérables et la formation à la gestion des risques naturels sur l’île (cyclones, inondations, mouvement de terrain, feux de forêt, etc.). La participation de la DIROI revêt plusieurs formes : diffusion d’une plaquette d’information sur son site Internet, interventions dans les écoles, visites des infrastructures de Météo-France, formation des présentateurs météo TV… Des actions sont également menées au bénéfice d’autres îles de l’océan Indien comme Maurice ou Madagascar.

Dans le domaine de l’éducation, les partenariats sont également nombreux. 25 nouveaux établissements du secondaire ont cette année rejoint le projet « Météo à l’école », mené en collaboration avec Sciences à l'école. Il vise à former les jeunes
« à » et « par » la météorologie, via notamment l’installation de stations météorologiques dans les collèges et des lycées.

Le projet « L'École météo », qui s’adresse aux élèves de primaire, a quant à lui été suivi par 13 académies sur l'année scolaire 2015-2016, soit 208 classes. Au printemps, des restitutions pédagogiques ont permis aux enfants de partager leurs travaux à Boulogne, Brest, Chandon, Lyon, Macon, Paris et Reims.

La Météopole à Toulouse a de son côté accueilli, en mai, près de 250 jeunes, du CM2 à la terminale, dans le cadre des Journées Météo et Espace.

Dans le domaine de la formation des enseignants, l’École nationale de la météorologie a assuré de nombreuses interventions : formations ciblées suites aux évolutions des programmes en collège qui intègrent en particulier « la prévention des risques et l’adaptation au changement global » et « l’environnement et l’action humaine », formation de 50 professeurs sur le thème de la pollution atmosphérique en coordination avec l'École nationale supérieure de Lyon dans le cadre du projet « Météo et climat, un tremplin pour l’enseignement des sciences », intervention devant 150 enseignants aux journées nationales de l’Association des professeurs de biologie géologie (APBG) à la faculté Paris Descartes en novembre pour une session sur l’atmosphère, la météorologie et le climat…

Enfin, Météo-France a rejoint les treize membres fondateurs de Capital Filles, une fondation qui encourage et encadre les jeunes filles, issues de quartiers défavorisés ou de zones rurales, à s'orienter vers des filières scientifiques et techniques. La fondation leur offre un accompagnement qui prend la forme d’un marrainage : des femmes qui travaillent dans ces filières s’engagent aux côtés des lycéennes pour les accompagner dans leur choix d’orientation. L’aide apportée par la marraine peut être très concrète : rédaction d’une lettre de motivation ou d’un CV, recommandation pour un stage... Ce tutorat leur ouvre les portes du monde du travail et leur montre que toutes les carrières sont possibles. En 2016, 20 marraines Météo-France, issues de tous les corps de métier de l’établissement, ont accompagné leurs filleules sur l’ensemble du territoire métropolitain durant l’année scolaire 2016/2017.

Découvrez les autres chapitres de la partie